L’hurmicomètre, c’est quoi ?

Un outil de mesure en temps réel des actions réalisées par l’équipe municipale face à leurs engagements pour Bordeaux et ses quartiers.

Un mode d’emploi : stop aux bla-bla, juste les résultats.

0%
Promesses engagées ou réalisées
0%

Renoncements

0%

Promesses au point mort

Transition écologique

0%
15 2 134

  • Mettre en place « un plan végétalisation ».
  • Augmenter la participation citoyenne avec le recensement des arbres remarqués.
  • Mettre en place un permis de végétaliser.
  • Créer un mécénat nature.
  • Mettre en œuvre une stratégie biodiversité.
  • Supprimer les contenants en plastique et/ou non réutilisables.
  • Multiplier les frigos en libre accès pour distribuer les repas non consommés des restaurants, des commerces et des particuliers.
  • Préserver et développer les jardins familiaux et partagés.
  • Associer les événements culturels et créatifs aux enjeux de l’agriculture urbaine et de la ville résiliente.
  • Redynamiser la production horticole et maraîchère sur les espaces non exploités du domaine du Haillan en y installant une régie municipale agricole pour approvisionner les épiceries sociales et solidaires.
  • Renforcer le rôle du MIN (marché d'intérêt national) de Brienne et le développement de moyens logistiques d'approvisionnement moins gourmands en carbone.
  • Sanctuariser les 40 hectares du site de La Jallère.
  • Émettre un vœu en conseil municipal demandant une interdiction nationale des cirques détenant des animaux sauvages. 
  • Soutenir une politique de stérilisation des chats errants en partenariat avec des associations de protection animale et organiser/favoriser des campagnes d’adoption.
  • Attribuer une délégation protection animale à un membre du conseil municipal, inclure la protection animale dans la politique de la ville et prévoir une ligne budgétaire dédiée.

  • Créer 295 km de pistes cyclables sécurisées correspondant à la signature du manifeste Vélo-Cité. (Non-présent dans le projet de mandature)
  • Mettre un terme à l'utilisation des pesticides sur le territoire de Bordeaux et de la Métropole.

  • Installer des poubelles de tri sélectif dans l'espace public.
  • Développer le concept de "zéro artificialisation des sols".
  • Mettre en place une ZFE-m (Zone à Faible Emission mobilité) sur toute la ville.
  • Créer une charte de l’arbre en ville.
  • Préserver nos derniers espaces arborés face à l'artificialisation des sols trop courantes.
  • Développer une trame verte et bleue.
  • Mettre en place un plan stratégique en faveur du fleuve et de ses berges.
  • Créer de nouveaux parcs et jardins.
  • Inscrire la préservation de la biodiversité dans les priorités de la Ville et de la Métropole.
  • Affecter une part de la Taxe d'aménagement au financement des projets Nature à l'instar du fonctionnement précédent de la taxe départementale pour les espaces naturels sensibles.
  • Systématiser des entrées végétalisées lors de la création des quartiers apaisés.
  • Développer une trame brune.
  • Instaurer la gratuité du droit de place des bacs végétalisés pour les commerçants.
  • Généraliser la végétalisation en pleine terre sur les places et les rues pour corriger les effets néfastes de la profusion des îlots de chaleur urbains.
  • Se doter d'outils juridiques permettant de garantir la protection des arbres, via le règlement de voirie et le plan local d'urbanisme métropolitain, pour développer les zones de protection via les espaces boisés classés, et les arbres isolés protégés.
  • Actualiser l'inventaire du patrimoine arboré public, réaliser l'inventaire des espaces publics pouvant accueillir des plantations d'arbres.
  • Mettre à disposition du public des données fiables relatives à la gestion des arbres à Bordeaux, et associer les associations environnementales pour garantir la transparence.
  • Intégrer à toute opération de rénovation ou requalification des espaces publics la richesse végétale existante et s'y adapter.
  • Assurer l'information préalable des riverains de l'ensemble des travaux concernant les arbres de leur quartier, plantation, élagage, abattage, par un affichage clair et précis sur place.
  • Accompagner les propriétaires de jardins dans la protection de leur patrimoine arboré et leur connaissance des essences à planter, grâce aux paysagistes et architectes conseils de la Ville.
  • Faire respecter les plantations imposées par le PLUI dans les espaces en pleine terre.
  • Mettre en place à toutes les échelles un entretien efficace et quotidien des berges et des espaces verts : renforcer les équipes de jardiniers en ville avec l'aide des associations d'insertion par exemple ou toute autre initiative innovante.
  • Valoriser l'existant, notamment les berges de Garonne à commencer par le parc des Berges à Bacalan (Angéliques de l'estuaire) et les abords des Quinconces.
  • Développer et promouvoir la gestion des flux entrants et sortants par voie fluviale des matériaux et déchets de construction.
  • Mettre en place des gouvernances métropolitaines, incluant des habitants et des associations environnementales, sur tous les espaces naturels majeurs.
  • Mutualiser avec les communes les moyens et les équipements dans le cadre de ces gouvernances.
  • Adapter le plan local d’urbanisme.
  • Instaurer une obligation de végétaliser "systématiquement" les aires de stationnement afin de ne pas laisser toute la place au goudron et au béton.
  • Proposer des cycles de formation dédiés aux agents et aux élus.
  • Instaurer un coefficient de pondération permettant de prendre en compte la qualité environnementale des réalisations végétales dans le calcul du ratio des surfaces végétalisées.
  • Faciliter l'augmentation de la hauteur maximale pour les constructions avec toitures végétales.
  • Utiliser les outils de classement des parcelles pour respecter l’équilibre entre espace bâti et naturel et ainsi donner des espaces de respiration dans les tissus urbains denses.
  • Désimperméabiliser les sols.
  • Calculer le coût de la désartificialisation.
  • Mettre à disposition des cuisines collectives dans les quartiers.
  • Mener une campagne de sensibilisation autour de la question du gaspillage alimentaire.
  • Installer progressivement un système de tarification incitative pour les déchets ménagers.
  • Mener des campagnes annuelles de pesée du gaspillage alimentaire dans tous les restaurants collectifs de la ville.
  • Publier un guide sur les recommandations pour réduire le gaspillage alimentaire à plusieurs niveaux avec une liste d'acteurs et locaux capables de fournir des solutions.
  • Former les acteurs de la restauration collective et les citoyens.
  • Former les gestionnaires et acheteurs sur les démarches de réduction du gaspillage alimentaire de la restauration collective municipale.
  • Former les chefs de la restauration collective aux techniques de lutte contre le gaspillage alimentaire et à l'alimentation végétale.
  • Organiser des assises des déchets dans la Métropole de Bordeaux.
  • Réaliser un audit des déchets dans la Métropole de Bordeaux.
  • Créer un kit "zéro-déchet".
  • Faciliter l’enlèvement des encombrants en porte-à-porte en créant des points d'enlèvement mobiles.
  • Développer une économie circulaire.
  • Valoriser à 100% les bio-déchets d'ici 2030.
  • Faire de la maison éco-citoyenne un lieu de référence et de ressource pour le zéro déchet.
  • Valider la fermeture de l’incinérateur de Cenon en 2026.
  • Inciter les commerçants à se doter à la sortie des caisses d’un point de reprise des déchets d’emballage afin de les pousser à cesser le sur-emballage proposé aux consommateurs.
  • Faciliter l’installation des acteurs de l'économie circulaire via la création d'une foncière solidaire.
  • Soutenir l'émergence de projets entrepreneuriaux et associatifs dédiés à la réparation et au réemploi.
  • Promouvoir l'économie circulaire dans le secteur du BTP.
  • Engager la métropole dans un plan ambitieux de déploiement de la consigne.
  • Renforcer la collecte et la réutilisation des déchets électroniques.
  • Créer dans chaque quartier des espaces de réparation et réutilisation.
  • Faire de Bordeaux, la capitale de la low-tech.
  • Contractualiser un engagement partenarial avec les bailleurs sociaux pour la mise en œuvre d’un programme d’actions sur l’agriculture urbaine.
  • Libérer des places de stationnement pour y implanter des bacs à plantations vivrières.
  • Expérimenter l’installation de poulaillers collectifs.
  • Candidater pour l’obtention du label "Villes et villages comestibles de France" proposé par le mouvement citoyen des "Incroyables comestibles".
  • Accompagner et accélérer les procédures administratives pour la réalisation de potagers sur l'espace public.
  • Soutenir la diversification des productions agricoles pour sortir de la monoculture.
  • Soutenir l'adaptation des exploitations au risque inondation.
  • Agir sur le foncier agricole pour préserver les activités et les emplois de proximité.
  • Agir sur la planification urbaine et les règlements pour faciliter l'implantation et le maintien des agriculteurs et agricultrices sur les terres métropolitaines.
  • Accélérer la transition agro-écologique.
  • Mettre en place, chaque année, au moins un projet mettant au centre l'arbre dans l'agriculture.
  • Lutter contre les pollutions et les espèces "invasives".
  • Valoriser le métier d'agriculteur, notamment en proposant l'été des chantiers agricoles entre jeunes bordelais et agriculteurs de la région pour susciter des vocations.
  • Proposer des séjours à la ferme dans le cadre des voyages scolaires.
  • Rémunérer les services environnementaux des agriculteurs présents sur la Métropole.
  • Organiser et animer des réseaux d'acteurs.
  • Agir sur la formation professionnelle, l'accompagnement des porteurs de projet et des nouveaux agriculteurs et installés.
  • Agir sur la transmission des exploitations et développer les espaces test agricoles sur la Métropole afin de permettre la formation de nouveaux maraîchers.
  • Agir en faveur d'une plus grande diversité des modes de commercialisation.
  • Soutenir les démarches de transformation locales.
  • Valoriser les productions locales et soutenir les circuits courts.
  • Soutenir la coopérative Loc'Halle Bio, réunissant des producteurs de fruits et légumes bio, tous situés à moins de 150km de Bordeaux, et implantés sur le site du MIN.
  • Réserver des places sur les marchés aux producteurs très locaux (Métropole).
  • Faciliter et renforcer les liens entre les centres sociaux et les lieux de distribution.
  • Redonner l'envie de cuisiner.
  • Agir en faveur du développement des "fermes pédagogiques".
  • Mener des installations collectives et des achats de terrains via des fonds citoyens.
  • Fixer un objectif de production d’espaces végétalisés et agricoles.
  • Indiquer un pourcentage de végétalisation, notamment vivrière, pour les opérations immobilières dans le plan local d’urbanisme métropolitain.
  • Prendre en compte les valeurs agronomiques et environnementales des sols lors des modifications des documents d’urbanisme.
  • Développer les parcelles sur les toits terrasses, en particulier dans les grands ensembles urbains, en commençant par recenser l’ensemble des toits plats existants potentiellement cultivables.
  • Étudier la possible complémentarité entre panneaux photovoltaïques et culture vivrière.
  • Expérimenter l’agriculture hors sol écologique et valider sa soutenabilité énergétique.
  • Soutenir la polyculture afin de diversifier la production locale qui doit s’élargir à des variétés de végétaux résistants et économes en eau.
  • Accompagner à la structuration de filières pour leur permettre de répondre aux marchés publics alimentaires et à la logistique des livraisons.
  • Encourager et accompagner la conservation et la distribution des semences de variétés locales notamment en développant des "grainothèques" en libre accès.
  • Créer une "Nursery bio" à la Jallère pour fournir des plants et des graines aux habitants et professionnels de la Métropole pour la végétalisation.
  • Mettre à disposition des outils de communication sur les légumes plantés dans l'espace public.
  • Créer un ou plusieurs postes de médiateur du "végétal" au sein de la Direction de la Nature et accompagner les porteurs de projets dans ce domaine.
  • Soutenir, renforcer et accompagner durablement les actions pédagogiques et sociales autour de l’agriculture urbaine provenant des associations ou d'expérimentations innovantes.
  • Monter un appel à projet pour des structures se déplaçant chez les Bordelais et proposant des ateliers jardinage ou maraîchage.
  • Soutenir et conseiller les particuliers pour qu’ils exploitent leurs jardins en les rendant comestibles.
  • Mettre en relation la communauté éducative et les acteurs de l’agriculture urbaine autour des potagers urbains.
  • Faire de la pédagogie autour de la cueillette et de la cuisine des plantes sauvages et comestibles présentes en ville et autour de la conservation et la distribution des semences.
  • Créer un portail interactif dédié à l’agriculture métropolitaine.
  • Planter massivement des arbres fruitiers et lancer des forêts jardins.
  • Instaurer un plan canicule.
  • Mener une projet de requalification des friches urbaines industrielles.
  • Intégrer le "bien-être animal" dans les critères d’attribution des marchés publics en matière de cantines scolaires et de restauration collective. 
  • Exclure de la commande publique l’ensemble des produits issus de l’élevage intensif. 
  • Exclure les poissons issus de la pêche en eaux profondes et issus de la pêche électrique dans les cantines publiques gérées par la Mairie. 
  • Cesser de s’approvisionner auprès d’abattoirs pratiquant l’"étourdissement au CO2" des cochons, la suspension des volailles conscientes ou l’abattage sans "étourdissement". 
  • Mener des actions de sensibilisation auprès des restaurateurs et du grand public pour encourager et accompagner un développement significatif de l’offre végétarienne ou végétalienne. 
  • Interdire les actions dégradantes pour les animaux. 
  • Prendre toute mesure légale possible contre l’installation de cirques détenant des animaux sauvages. 
  • Entretenir des lieux de nourrissages pour les chats libres, en associant les habitants de la commune. 
  • Faciliter l’admission des animaux de compagnie dans les EHPAD et autres lieux thérapeutiques. 
  • Porter une attention particulière aux personnes sans domicile fixe -et à très faibles revenus- avec animaux et se rapprocher des associations de vétérinaires pour porter un “dispensaire/maison d’accueil” pour leurs soins et des gardes. 
  • Aménager des aires de libres ébats pour les chiens suffisamment spacieuses adaptées aux besoins exprimés par les associations et les propriétaires. 
  • Garantir la transparence de l’activité des fourrières 
  • Attribuer la gestion des fourrières  à une association de protection animale ou conventionnée pour travailler avec celles-ci. 
  • Soutenir les actions de sensibilisation à l’éthique animale. 
  • Privilégier la gestion douce et écologique de la population des animaux dits “indésirables”. 
  • Créer un prix, une médaille honorifique de “bienfaiteur du vivant et des animaux”. 
  • Promouvoir la coexistence pacifique avec les animaux sauvages et "liminaires" ainsi que la gestion non létale de leurs populations. 
  • Prendre toute mesure légale possible, dont l’interdiction ponctuelle de la pratique de la chasse sur le territoire communal, afin de favoriser les activités de découverte des animaux et de la nature. 
  • Soutenir l’adoption par le conseil municipal d’un vœu demandant une interdiction nationale des corridas et des "écoles" tauromachiques. 
  • Intégrer le "bien-être animal" dans les critères d’attribution des marchés publics en matière de produits d’entretien. 
  • Mener des actions de sensibilisation afin de changer de regard sur les animaux et sur leur rôle dans l’écosystème, qu’il soit urbain ou rural. 
  • Mettre en place des ateliers sur le rapport aux animaux et leur qualité d’êtres sensibles, en partenariat avec les associations. 
  • Proposer dans les écoles des journées de sensibilisation aux besoins élémentaires des animaux de compagnie. 
  • Inscrire l’éducation à l’éthique animale et le respect du vivant dès l’âge de 5 ans comme l’une des priorités du Projet Éducatif Territorial (PEDT). 

Sécurité

0%
1 2 39

  • Renforcer le rôle du médiateur municipal dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

  • Doubler les effectifs de la police municipale. (Source)
  • Réaffirmer l'opposition à la vidéo surveillance. (Source)

  • Élargir les horaires d’interventions de la police municipale aujourd’hui difficilement mobilisable sur les heures "tendues".
  • Renforcer la Brigade de Prévention et de Lutte contre l’Incivilité (B.P.L.I) sur tout le territoire et pas seulement en centre-ville.
  • Renforcer les équipes de médiateurs de rue, en particulier dans les lieux où ils ont été retirés ces dernières années.
  • Ouvrir une concertation interne accrue avec les fonctionnaires municipaux en charge de la sécurité et leurs organisations syndicales pour construire le dispositif de demain.
  • Porter la réflexion d’une police métropolitaine des transports.
  • Favoriser la mixité des brigades de sécurité avec les autres services municipaux.
  • Renforcer et participer activement à la coordination des politiques de réussite éducative de décrochage scolaire et de prévention de la délinquance.
  • Renforcer l’îlotage dans tous les quartiers de la police municipale.
  • Prendre en compte le phénomène croissant d’affrontements entre jeunes, les rixes, en développant des partenariats avec d’autres villes et associant la société civile, notamment les familles.
  • Renforcer les dispositifs de prévention au bénéfice des jeunes.
  • Faire acter par l’État la réouverture de commissariats de police nationale de plein exercice.
  • Encourager les initiatives permettant un rapprochement entre la Police Municipale et la Police Nationale en veillant à maintenir la logique de complémentarité et non de subordination.
  • Renforcer la coordination des politiques d’accompagnement à la parentalité et de prévention de la délinquance, en veillant à ne pas stigmatiser les parents rencontrant des difficultés à exercer leur autorité parentale.
  • Rendre obligatoire la formation sur les violences faites aux femmes de tous les professionnels en contact avec le public afin d’améliorer le repérage et l’orientation vers les services compétents.
  • Systématiser la formation des policiers municipaux, renforcer leur pouvoir de verbalisation de l’outrage sexiste sur l’espace public.
  • Soutenir le déploiement et accompagner le financement des intervenants sociaux, psychologues et permanences d’associations dans les commissariats pour l’accueil et l’accompagnement des victimes.
  • Diversifier et renforcer les solutions concernant le relogement des femmes victimes de violences.
  • Privilégier les dispositifs légaux d’éviction du conjoint violent afin de permettre à la victime de rester au domicile si elle le souhaite.
  • Mettre à disposition des appartements du parc immobilier de la Ville pour l’accueil de femmes victimes de violence.
  • Encourager l’ensemble des acteurs, et notamment les bailleurs sociaux, à réserver des logements pour les auteurs ou les victimes afin de favoriser l’accès à un logement pérenne, suite aux procédures d’urgence.
  • Favoriser le développement de dispositifs permettant de mutualiser des logements à l’échelle intercommunale ou départementale, afin que les femmes puissent s’éloigner de la ville de résidence de leur conjoint si elles le souhaitent.
  • Réviser le plan communal de sauvegarde de Bordeaux et intégrer les risques industriels, sanitaires et climatiques.
  • Informer et communiquer en toute transparence sur les risques et former sur les gestes et comportements à avoir en cas d’alerte.
  • Travailler avec les services de l’État sur la mise en place du plan d’urgence et de sauvegarde au niveau de la ville et de la Métropole.
  • Demander à l’Etat une révision du périmètre du Plan particulier d’intervention de la centrale nucléaire du Blayais à 80 km.
  • Mettre à disposition de la population le Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs en version électronique et papier dans toutes les mairies de quartier.
  • Élaborer un plan de formation pour la prévention des risques à destination de la population.
  • Accompagner les locataires dans leurs démarches pour obtenir des travaux de la part des propriétaires ou trouver une solution de relogement.
  • Faire un état des lieux des hôtels meublés dangereux et prendre les mesures pour y remédier.
  • Intégrer une antenne de l’ADIL de la Gironde et de l’ANAH au sein de la maison du logement.
  • Sortir de la précarité énergétique en moins 10 ans : enjeu social, de santé publique et de lutte contre le dérèglement climatique.
  • Limiter la circulation des véhicules motorisés en offrant des alternatives à la voiture individuelle et en réalisant des quartiers apaisés.
  • Réduire les vitesses de circulation (20km/h dans les quartiers apaisés, 30 km/h en ville, 50km/h axes pénétrants, 70km/h sur la rocade).
  • Réduire les poussières générées par les chauffages individuels au bois en développant les aides au changement de matériel.
  • Suspendre, en cas de pic de pollution, l’utilisation des cheminées à foyer ouvert et développer l’information des usagers sur ces questions.
  • Surveiller la qualité de l’air intérieur dans les lieux d’accueil du public et réaliser des audits après réalisation de travaux d’aménagement, de rénovation, ou de nouvelle construction.
  • Lutter contre la précarité énergétique induit souvent la mise en place des mesures favorisant un air intérieur plus sain.
  • Sensibiliser les Bordelais à l'enjeu de santé publique.
  • Lutter contre les nuisances sonores et olfactives.
  • Prendre en compte dans la stratégie numérique de la collectivité les risques liés aux cyberattaques et accompagner les entreprises en partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine.

Mobilités

0%
7 1 61

  • Mener à son terme le projet de bus express (BHNS) entre la gare de Bordeaux St-Jean et Sant-Aubin.
  • Soutenir le réseau Citiz Bordeaux par une prise de participation supplémentaire de 50 000 € au capital de la Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) AutoCool.
  • Étendre les zones de stationnement payant, de façon coordonnée avec les autres communes de la métropole et en concertation avec les riverains.
  • Étudier la possibilité légale de mettre en place une tarification sociale du stationnement en surface et en ouvrage.
  • Augmenter le nombre de points de stationnement pour vélos dans le centre-ville mais également en périphérie aux abords des stations de transport en commun et des commerces.
  • Mettre en place une "brigade VTT" pour veiller à faire respecter par la pédagogie et la sanction les règles d’usage de la voirie sur l’ensemble des quartiers de Bordeaux.
  • Maintenir les projets en cours de réalisation des haltes ferroviaires "Gare Médoquine" et "Sainte Germaine".

  • Interdire l'accès aux quais aux paquebots trop polluants. (Source)

  • Financer les transports en commun gratuits pour les jeunes à faible revenu et instaurer la gratuité des vélos en libre-service Vcub pour les 14-25 ans.
  • Rendre lisibles les itinéraires cyclables par une meilleure politique de signalisation et installer des panneaux indicateurs de temps de parcours.
  • Améliorer le confort d’usage et l’accessibilité pour toutes et tous des trottoirs, déployer toute une série d’aménagements de l’espace public pour accompagner le développement de la marche et des marquages au sol visibles et compréhensibles notamment dans les zones partagées.
  • Élargir la zone piétonne du centre-ville de Bordeaux.
  • Intégrer un réseau d’aménagements cyclables circulaire entre les villes de la métropole.
  • Créer des parkings relais voitures/vélos aux abords des intersections des voies rapides et du réseau cyclable.
  • Organiser le stationnement des deux-roues motorisés en dehors du trottoir dans tous les quartiers et étudier la possibilité de le rendre payant.
  • Supprimer les discontinuités piétonnes.
  • Étendre le dispositif du dimanche sans voiture du centre-ville de Bordeaux.
  • Multiplier des "secteurs apaisés" où la circulation automobile est réduite à 20km/h, créer des "oasis urbains", véritables îlots de fraîcheur et de repos pour le piéton ; et aménager des promenades vertes qui relient les "oasis" et où les piétons sont prioritaires.
  • Faire respecter par la pédagogie et la sanction les règles d’usage de la voirie sur l’ensemble des quartiers de Bordeaux (trottoirs, couloirs réservés, pistes cyclables…).
  • Déployer des effectifs mobiles, visibles, jouant un triple rôle d’éducation, de prévention et de répression si nécessaire.
  • Réviser le "Code de la Rue" pour l’adapter aux nouvelles règles du code de la route en faveur des usagers vulnérables.
  • Veiller au respect des règles des installations des terrasses de café et restaurant sur l’espace public.
  • Réaliser des pistes en site propre pour permettre des déplacements en toute sécurité de part et d’autre de la ville et de la métropole et notamment vers les bassins d’emplois.
  • Rouvrir la piste cyclable au niveau du pont François-Mitterrand.
  • Développer un vrai réseau de pistes et bandes cyclables sans discontinuités, avec une desserte de tous les établissements scolaires et les principaux établissements publics.
  • Multiplier les vélos-rues où les vélos sont prioritaires.
  • Paramétrer les feux tricolores avec "Gertrude", outil numérique de gestion automatique en temps réel des feux de circulation pour améliorer la vitesse de circulation des cycles.
  • Prêter une attention particulière à l’entretien des aménagements cyclables pour en garantir la non-dangerosité.
  • Prévoir dans le cadre de la mise en place du RER Girondin des parkings sécurisés bien dimensionnés pour le stationnement des vélos.
  • Systématiser le stationnement des vélos sur voirie dans les secteurs résidentiels.
  • Organiser un maillage régulier de stations-service vélo dans toute la ville.
  • Démultiplier sur le territoire les Maisons métropolitaines des mobilités alternatives.
  • Offrir à la location des remorques pour pouvoir ponctuellement déménager, bricoler, transporter des personne.
  • Généraliser les formations à l’utilisation du vélo dans les écoles élémentaires de façon à permettre ensuite l’utilisation du vélo pour se rendre au collège et au lycée.
  • Soutenir les structures intervenant dans les écoles.
  • Prêter des vélos aux enfants dans les Maisons Métropolitaines des Mobilités Alternatives : extension du prêt de vélo actuel auprès des enfants de tous âges.
  • Organiser des vélo-bus “institutionnels” dans les quartiers pour les trajets domicile-école.
  • Installer des panneaux indicateurs des temps de parcours et des distances.
  • Renforcer les actions du type “tous en selle” pour réapprendre à faire du vélo à tous les âges.
  • Définir clairement les priorités, en considérant dès le départ que l’usage du vélo va augmenter dans les années à venir pour dimensionner les aménagements de façon adéquate.
  • Renforcer la cellule vélo de la Métropole et réorganiser la DGA mobilité et les pôles territoriaux pour que les mobilités actives soient prises en compte de façon prioritaire dans tous les projets d’aménagement et de restructuration de la voirie.
  • Réaliser un itinéraire prédéfini de bout en bout et cesser la mise en œuvre consistant à réaliser plusieurs tronçons d’aménagements sur plusieurs itinéraires à la fois.
  • Créer une halte ferroviaire au niveau du quartier “Pins Francs” à Caudéran.
  • Augmenter le nombre de navettes fluviales.
  • Augmenter les cadences des Batcub.
  • Créer des liaisons performantes en bus express entre les communes périphériques à proximité de la rocade en empruntant éventuellement la bande d’arrêt d’urgence.
  • Partager équitablement la voirie et desservir tous les quartiers
  • Expérimenter l’intégration de “kilomètres partagés” dans la politique foncière pour faciliter le remplacement des seconds véhicules.
  • Inclure dans la prochaine délégation de service public (TBM), un service d’autopartage.
  • Permettre aux opérateurs d’accéder aux stationnements en ouvrages publics à tarifs préférentiels et permettre l’accès aux parkings des administrations gratuitement.
  • Faciliter l’accès aux parking publics des automobilistes en covoiturage et mettre en place un tarif préférentiel.
  • Autoriser la circulation sur certaines voies de bus des automobilistes en covoiturage et des voitures en autopartage.
  • Dédier une voie de la rocade au covoiturage, à l’autopartage et aux transports en commun en concertation avec l’État.
  • Encourager l’autopartage pour les déplacements professionnels au sein des administrations et réduire le pool de véhicules de la Ville de Bordeaux et de la Métropole.
  • Augmenter les fréquences des trains sur plusieurs lignes dès 2021.
  • Réorganiser partiellement le réseau de bus avec une augmentation des fréquences de certaines lignes, une meilleure régularité et une plage horaire plus large le soir et la nuit.
  • Interdire la levée du pont Chaban-Delmas aux heures de pointe du matin et du soir des jours ouvrables.
  • Améliorer la desserte de la gare Saint-Jean en transport en commun.
  • Réserver la bande d’arrêt d’urgence de la rocade aux bus et aux véhicules de secours.
  • Mettre en place une liaison cadencée Quinconces-quai de Queyries.
  • Construire des pontons répondant aux normes des établissements flottants recevant du public, adaptés aux descentes et montées rapides des passagers y compris les vélos.
  • Généraliser progressivement la mise en place d'abris-bus et de tableaux d'affichages permettant l'information des voyageurs en temps réel pour toutes les stations et haltes de transport en commun.
  • Faciliter la mobilité des personnes en mettant en place une application numérique pour les déplacements utilisant plusieurs modes de transport successifs.
  • Permettre une utilisation plus facile des transports en commun en participant avec les autres autorités organisatrices de transport au développement d'un "ticket unique".
  • Gratuité totale des transports en commun dès les seuils "d'information" et pour les événements majeurs.
  • Renforcer la pédagogie en faveur de l'utilisation des transports en commun pour les trajets de moyenne distance.
  • Soutenir la création de plateformes de groupage/dégroupage en périphérie.
  • Encourager et développer le transport de marchandises par le fleuve en lien avec le Port autonome de Bordeaux.
  • Promouvoir le transport de marchandises en ville par des petits véhicules électriques y compris des vélo-cargos.

Culture, Éducation et Sport

0%
12 4 73

  • Demander aux institutions culturelles de prévoir des formats "hors les murs" pour aller dans tous les quartiers.
  • Réaliser un forum de la culture.
  • Mettre en place du Forum du sport, en lien avec les Assises de la démocratie permanente.
  • Développer les équipements sportifs et engager la rénovation du patrimoine existant.
  • Voter une subvention Sport Educatif et Loisirs et Haut Niveau.
  • Recourir à des conventions d’objectifs et de moyens pluriannuelles afin de permettre une visibilité à moyen-terme, en y intégrant les labels “diversité” et “égalité” de l’AFNOR pour accompagner les structures à s’engager contre le racisme, le sexisme et pour l’inclusion.
  • Augmenter la part de l’alimentation issue de l’agriculture biologique tout au long du mandat tout en augmentant la part de l’approvisionnement local.
  • Réinternaliser l’élaboration des repas dans les crèches municipales et atteindre un objectif de repas issus de l’agriculture biologique et locale.
  • Penser le réaménagement des cours d’écoles, en "oasis urbain" et l’aménagement urbain dédié aux enfants de façon globale.
  • Instaurer deux repas végétariens par semaine (sans viande ni poisson) et proposer un repas alternatif végétarien tous les jours dans les cantines scolaires.
  • Profiter des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 pour sensibiliser l’opinion à la pratique physique et sportive et mettre en avant les valeurs de l’Olympisme.
  • Augmenter l’offre adaptée pour la garde des jeunes enfants de manière équilibrée dans les quartiers pour garantir le libre choix de garde et l’égalité Femmes-Hommes.

  • Vendre le stade Matmut Atlantique aux propriétaires du FC Girondins de Bordeaux. (Source)
  • Transférer la gestion de l'Opéra à Bordeaux Métropole. (Source)
  • Soutenir la création d’une ressourcerie spécialisée dans le sport pour développer le réemploi de matériels sportifs afin de leur donner une seconde vie, et donner accès au plus grand nombre à un matériel de qualité à un prix accessible. 
  • Trouver un repreneur pour les Girondins de Bordeaux correspondant aux "attentes fortes de la ville" (Source).

  • Mettre en place des navettes intra et inter quartiers pour favoriser les déplacements des séniors.
  • Limiter l'isolement des aînés et renforcer les actions autour de l'autonomie.
  • Prolonger les actions menées en faveur du maintien à domicile.
  • Prolonger les actions de visites à domicile (service civique notamment).
  • Renforcer la professionnalisation des agents à la prise en charge des personnes âgées pour mieux repérer les troubles.
  • Renforcer et consolider la professionnalisation des agents.
  • Soutenir la cohabitation inter-générationnelle et les initiatives d’habitat partagé.
  • Soutenir et développer une offre de mise en relation et d’accompagnement entre des aînés à domicile et des étudiants, des personnes en recherche de refuge à la recherche de logement.
  • Soutenir financièrement sous-condition de ressources les travaux d’adaptation des logements au vieillissement.
  • Programmer la réalisation de nouvelles résidences autonomie, en fonction des besoins à venir dans les quartiers les plus en tension.
  • Renforcer la présence humaine dans les résidences autonomie.
  • Expérimenter la réalisation d’une Résidence municipale avec services.
  • Organiser une ou plusieurs "cantines", où les aînés seraient invités à venir cuisiner et manger.
  • Expérimenter l’ouverture des temps de repas aux seniors dans les crèches.
  • Réévaluer le service de portage à domicile actuellement en place et étudier la possibilité de faire appel à des associations.
  • Proposer un accueil de jour pour les personnes en perte d’autonomie pour les salariés des grandes collectivités publiques et inciter les grandes entreprises ou groupes d’entreprises à faire de même.
  • Renforcer l'offre de logements pour les aînés dépendants.
  • Programmer la réserve foncière pour prévoir la réalisation de nouveaux EHPAD, habilités à l’aide sociale, pour faire face à l’augmentation de la population très âgée.
  • Permettre aux aînés de se réapproprier les espaces publics.
  • Développer les projets de vélo-taxi.
  • Aménager l’espace public : installer des bancs, et des lieux de repos sur l’espace public, veiller aux respects des trottoirs par les autres usagers et les rendre accessibles.
  • Développer des jardins dits thérapeutiques près des clubs seniors, EHPAD et résidences autonomie.
  • Sensibiliser les citoyens sur le rôle, la valeur et la place des aînés dans la société.
  • Travailler sur l’image et la représentation des aînés dans la société.
  • Mettre en place un conseil communal des aînés.
  • Veiller à éviter toute manifestation d’âgisme, élaborer une charte et un plan d’actions avec le conseil communal des aînés et veiller à son application.
  • Donner plus de visibilité aux actions du type "Séniors reporters".
  • Implanter des structures d’hébergement d’urgence dans chaque quartier.
  • Réaliser un inventaire des logements vacants.
  • Mise à disposition sous conventionnement associatif de biens municipaux et recours expérimental aux baux à réhabilitation pour permettre le développement d’une offre d’hébergement et de location très sociale dans le centre-ville, dans le diffus.
  • Organiser un forum des jeunesses pour mettre à contribution l’écosystème local de la jeunesse, leur faire confiance et définir ensemble la politique publique à mener.
  • Simplifier les démarches administratives et raccourcir les délais afin d’obtenir des aides.
  • Intégrer des quotas de logements pour permettre l’ascension à un logement autonome auprès des bailleurs sociaux pour jeunes adultes handicapés.
  • Relancer le conseil des jeunes – 15 à 25 ans – pour en faire une vraie instance de co-construction citoyenne avec un budget dédié.
  • Renforcer les partenariats avec les acteurs du champ de la jeunesse pour informer et aider les jeunes à monter leur projet, à accéder à l’ensemble de leurs droits.
  • Renforcer les partenariats avec les structures locales travaillant au quotidien sur la prévention des risques et l’information sanitaire.
  • Permettre aux jeunes de trouver un logement pour commencer leur vie à Bordeaux.
  • Créer des chantiers écoles de formation et d’insertion, notamment pour la découverte de métiers d’avenir.
  • Favoriser l’accès à la mobilité internationale des jeunes en s’appuyant sur les coopérations internationales de la ville.
  • Renforcer l’accompagnement spécifique des jeunes les plus en difficulté en lien étroit avec le CCAS, la Mission Locale de Bordeaux, les associations et partenaires institutionnels.
  • Donner plus de visibilité à la diversité des citoyens qui composent notre Ville sur l’espace public et notamment au travers de la communication institutionnelle.
  • Renforcer la formation du personnel de la Ville sur les préjugés et les stéréotypes pour lutter contre toutes les formes de discrimination et veiller à ce que l’accès aux services publics ne soit pas discriminant.
  • Lutter contre les discriminations LGBTQI+ dans les démarches administratives.
  • Prendre en compte l’engagement des clubs sportifs dans la lutte contre les discriminations, incluant les discriminations LGBTQI+, pour l’attribution des subventions.
  • Implanter des structures d’hébergement d’urgence dans chaque quartier.
  • Créer un foyer pour les femmes sans abris.

Logement et Urbanisme

0%
2 7 25

  • Amplifier le programme d’accompagnement des copropriétés et des particuliers et les aides aux travaux de rénovation énergétique.
  • Promouvoir la compétence habitante : associer les riverains à la définition des projets urbains.

  • Abandonner le projet dit de la "Rue Bordelaise". (Source)
  • User du droit de réquisition des logements.  (Non-présent dans le projet de mandature)
  • Atteindre l’objectif de 25% de logements sociaux d’ici la fin de la mandature. (Source)
  • Mener des moratoires sur les grands programmes immobiliers. (Source)
  • Mobiliser le foncier public et se doter d’une véritable politique foncière et immobilière publique. (Source)
  • Mettre en place un viager municipal pour améliorer la situation financière des seniors propriétaires de leur logement mais disposant de faibles revenus. (Non-présent dans le projet de mandature)
  • Soutenir financièrement les bailleurs sociaux pour des adaptations de logement ou pour des initiatives innovantes. (Non-présent dans le projet de mandature)

  • Créer des logements relais.
  • Permettre aux jeunes de trouver un logement pour commencer leur vie à Bordeaux.
  • S’orienter résolument vers la résorption des bidonvilles et du sans-logement.
  • Réorienter la politique d’accueil des personnes âgées dépendantes vers les plus modestes.
  • Expérimenter l’encadrement des loyers.
  • Encadrer davantage le Airbnb.
  • Lutter contre les logements vacants.
  • Sortir les Bordelais de la précarité énergétique en moins de 10 ans.
  • Passer à la vitesse supérieure sur le conventionnement dans l’ancien.
  • Lancer et accompagner, tout au long du mandat, les projets de Baux réels solidaires en lien avec le futur Office Foncier Solidaire métropolitain.
  • Mettre en œuvre une politique ambitieuse d’une offre nouvelle de logements à loyers modérés.
  • Privilégier les constructions en hauteur pour éviter
    l'artificialisation des sols.
  • Maîtriser le rythme de la construction et marquer une pause sur les grands programmes.
  • Réduire, par l’investissement public, les disparités entre quartiers.
  • Produire un inventaire des friches urbaines (espaces délaissés) et des espaces déjà artificialisés ou déjà viabilisées.
  • Privilégier les opérations avec des espaces verts productifs et accessibles.
  • Former à l’auto-réhabilitation, à l’auto-construction et à l’utilisation de matériaux écologiques.
  • Encourager et accompagner les projets innovants d’habitat partagé et d’habitat participatif.
  • Sanctuariser les dernières zones humides de la Métropole et en faire des zones naturelles.
  • Sauvegarder les terres agricoles et encourager l'agriculture biologique pour la préservation des nappes phréatiques.
  • Relever le pourcentage des surfaces d'espace en pleine terre , c'est-à-dire non construits, sur toutes les zones du plan local d'urbanisme intercommunal.
  • Privilégier les sols perméables dans l'aménagement urbain.
  • Inscrire Bordeaux dans une démarche de solidarité avec les autres communes du territoire, en permettant via la désimperméabilisation des sols à l'échelle des bassins versants urbains de réduire le ruissellement en aval.
  • Renaturer les esteys.

Solidarités

0%
4 2 46

  • Soutenir les associations de distribution de colis alimentaires et de repas.
  • Permettre un accès à l’hygiène.
  • Ouvrir de manière expérimentale une halte de nuit dédiée aux publics qui ne trouvent pas leur place dans les dispositifs d’hébergement classiques.
  • Augmenter le nombre de Logements Temporaires d’Insertion.

  • Réaménager l'espace public en faveur de l’égalité femmes-hommes.
  • Créer des "relais des aidants" répartis sur le territoire de la ville : lieux d’accueil et d’accompagnement pour les aidants connaissant des difficultés dans leur engagement auprès des aidés et/ou dans la conjonction entre leur vie professionnelle et leur vie d’aidant. (Non-présent dans le projet de mandature)

  • Mettre en place des navettes intra et inter quartiers pour favoriser les déplacements des séniors.
  • Limiter l'isolement des aînés et renforcer les actions autour de l'autonomie.
  • Prolonger les actions menées en faveur du maintien à domicile.
  • Prolonger les actions de visites à domicile (service civique notamment).
  • Renforcer la professionnalisation des agents à la prise en charge des personnes âgées pour mieux repérer les troubles.
  • Renforcer et consolider la professionnalisation des agents.
  • Soutenir la cohabitation inter-générationnelle et les initiatives d’habitat partagé.
  • Soutenir et développer une offre de mise en relation et d’accompagnement entre des aînés à domicile et des étudiants, des personnes en recherche de refuge à la recherche de logement.
  • Soutenir financièrement sous-condition de ressources les travaux d’adaptation des logements au vieillissement.
  • Programmer la réalisation de nouvelles résidences autonomie, en fonction des besoins à venir dans les quartiers les plus en tension.
  • Renforcer la présence humaine dans les résidences autonomie.
  • Expérimenter la réalisation d’une Résidence municipale avec services.
  • Organiser une ou plusieurs "cantines", où les aînés seraient invités à venir cuisiner et manger.
  • Expérimenter l’ouverture des temps de repas aux seniors dans les crèches.
  • Réévaluer le service de portage à domicile actuellement en place et étudier la possibilité de faire appel à des associations.
  • Proposer un accueil de jour pour les personnes en perte d’autonomie pour les salariés des grandes collectivités publiques et inciter les grandes entreprises ou groupes d’entreprises à faire de même.
  • Renforcer l'offre de logements pour les aînés dépendants.
  • Programmer la réserve foncière pour prévoir la réalisation de nouveaux EHPAD, habilités à l’aide sociale, pour faire face à l’augmentation de la population très âgée.
  • Permettre aux aînés de se réapproprier les espaces publics.
  • Développer les projets de vélo-taxi.
  • Aménager l’espace public : installer des bancs, et des lieux de repos sur l’espace public, veiller aux respects des trottoirs par les autres usagers et les rendre accessibles.
  • Développer des jardins dits thérapeutiques près des clubs seniors, EHPAD et résidences autonomie.
  • Sensibiliser les citoyens sur le rôle, la valeur et la place des aînés dans la société.
  • Travailler sur l’image et la représentation des aînés dans la société.
  • Mettre en place un conseil communal des aînés.
  • Veiller à éviter toute manifestation d’âgisme, élaborer une charte et un plan d’actions avec le conseil communal des aînés et veiller à son application.
  • Donner plus de visibilité aux actions du type "Séniors reporters".
  • Implanter des structures d’hébergement d’urgence dans chaque quartier.
  • Réaliser un inventaire des logements vacants.
  • Mise à disposition sous conventionnement associatif de biens municipaux et recours expérimental aux baux à réhabilitation pour permettre le développement d’une offre d’hébergement et de location très sociale dans le centre-ville, dans le diffus.
  • Organiser un forum des jeunesses pour mettre à contribution l’écosystème local de la jeunesse, leur faire confiance et définir ensemble la politique publique à mener.
  • Simplifier les démarches administratives et raccourcir les délais afin d’obtenir des aides.
  • Intégrer des quotas de logements pour permettre l’ascension à un logement autonome auprès des bailleurs sociaux pour jeunes adultes handicapés.
  • Relancer le conseil des jeunes – 15 à 25 ans – pour en faire une vraie instance de co-construction citoyenne avec un budget dédié.
  • Renforcer les partenariats avec les acteurs du champ de la jeunesse pour informer et aider les jeunes à monter leur projet, à accéder à l’ensemble de leurs droits.
  • Renforcer les partenariats avec les structures locales travaillant au quotidien sur la prévention des risques et l’information sanitaire.
  • Permettre aux jeunes de trouver un logement pour commencer leur vie à Bordeaux.
  • Créer des chantiers écoles de formation et d’insertion, notamment pour la découverte de métiers d’avenir.
  • Favoriser l’accès à la mobilité internationale des jeunes en s’appuyant sur les coopérations internationales de la ville.
  • Renforcer l’accompagnement spécifique des jeunes les plus en difficulté en lien étroit avec le CCAS, la Mission Locale de Bordeaux, les associations et partenaires institutionnels.
  • Donner plus de visibilité à la diversité des citoyens qui composent notre Ville sur l’espace public et notamment au travers de la communication institutionnelle.
  • Renforcer la formation du personnel de la Ville sur les préjugés et les stéréotypes pour lutter contre toutes les formes de discrimination et veiller à ce que l’accès aux services publics ne soit pas discriminant.
  • Lutter contre les discriminations LGBTQI+ dans les démarches administratives.
  • Prendre en compte l’engagement des clubs sportifs dans la lutte contre les discriminations, incluant les discriminations LGBTQI+, pour l’attribution des subventions.
  • Implanter des structures d’hébergement d’urgence dans chaque quartier.
  • Créer un foyer pour les femmes sans abris.

Économie et Numérique

0%
5 2 103

  • Faire redécouvrir les quartiers de Bordeaux dans le cadre de cheminements touristiques dédiés.
  • Créer un label Tourisme "Durable et solidaire en ville" pour les hôteliers et hôtelières, restaurateurs et restauratrices, visant à valoriser les professionnels s’orientant vers une démarche éco-responsable.
  • Créer une Opération d'Intérêt Métropolitain sur la rive droite axée sur la transition écologique.
  • Faire un bilan et réviser le schéma de promotion des achats socialement et écologiquement responsables de Bordeaux et de Bordeaux Métropole.
  • Désigner un adjoint en charge de l'administration générale, de l'évaluation des politiques publiques et de la stratégie de la donnée.

  • Obtenir un moratoire sur la 5G et lancer un grand débat public autour du déploiement de cette technologie. (source)
  • Réaliser un moratoire sur le développement des grandes enseignes commerciales à Bordeaux, en lien avec les autres territoires de Gironde. (source)

  • Expérimenter le dispositif "Territoire zéro chômeur de longue durée" en créant des entreprises à but d’emploi dans chaque quartier prioritaire de la politique de la ville de Bordeaux, après expérimentation dans le quartier du Grand-Parc.
  • Développer une plateforme ressource autour de l’ESS, avec notamment un volet e-commerce.
  • Soutenir le développement d’une monnaie locale.
  • Utiliser le levier de la commande publique de façon conséquente pour permettre aux acteurs de l’ESS d’accéder aux marchés publics.
  • Mettre en place une pépinière d’entreprises dédiée aux métiers de service à la personne dans le quartier du Grand-Parc.
  • Créer un label d’entreprise d’excellence écologique et sociale attribué sur la base d’indicateurs objectifs d’actions et de résultats en matière d’inclusion et d’impact environnemental.
  • Mettre en place des critères d'éco-conditionnalité pour les subventions des associations commerçantes en concertation avec elles.
  • Favoriser l’installation de commerces alternatifs dans les rues commerçantes occupées aujourd’hui principalement par de grandes enseignes.
  • Créer des plateformes logistiques en périphérie de la ville desservies par des transports doux pour les derniers kilomètres.
  • Exonérer temporairement de la Contribution Économique Territoriale les entreprises souhaitant adapter leurs modes de production pour décarboner en profondeur leurs process industriels ou commerciaux.
  • Remplacer l’actuel "Palmarès des entreprises qui recrutent" par le "Palmarès des entreprises d’excellence écologique et sociale qui recrutent".
  • Travailler et favoriser le tourisme local, en lien avec les territoires limitrophes.
  • Encourager le tourisme fluvial de proximité, notamment en créant des liaisons rapides Blaye-Bordeaux, Pauillac-Bordeaux et Cadillac-Bordeaux.
  • Développer une opération d’intérêt métropolitain dédiée aux services à la personne pour faire face aux enjeux du grand âge, développer les emplois et améliorer les conditions d’emploi actuelles.
  • Réserver des lots ou des marchés dans le cadre des appels d’offres publics aux ESAT (Etablissements et Services d’Aide par le Travail), EA (Entreprises Adaptées) qui contribuent à insérer dans le monde de l’entreprise les travailleurs en situation de handicap et aux SIAE (structures de l’insertion par l’activité économique).
  • Faire participer la Ville de Bordeaux par le biais d'une contribution au financement de la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire.
  • Créer un Appel à Manifestation d'Intérêt (AMI) pour soutenir les initiatives innovantes dans l’ESS.
  • Mener des actions visant le développement de l’économie circulaire et du zéro-déchet.
  • Mener des actions de soutien aux filières avec une forte présence des acteurs de l’ESS, avec en particulier un soutien à la création d’'un pôle territorial de coopération économique.
  • Impliquer la Maison de l’emploi dans l’animation d’actions en faveur de l’inclusion des chômeurs et chômeuses de longue durée, en lien avec les entreprises dans les quartiers, en permettant notamment à chacun de pouvoir tester un nouveau métier en entreprise.
  • Développer les pépinières artisanales avec des locaux adaptés et accessibles.
  • Lancer une expérimentation de plateforme de travail partagé pour les artisans et les PME.
  • Faciliter l'accès au foncier et à des locaux commerciaux des acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS).
  • Développer la prise de participation de Bordeaux et Bordeaux Métropole dans les sociétés coopératives d'intérêt collectif pour promouvoir l'engagement durable de la ville auprès de ces structures.
  • Promouvoir les formes d’activités coopératives dans tous les domaines de manière à développer une alternative solide à la privatisation des profits.
  • Mobiliser la Chambre des Métiers et la Chambre de Commerce de Bordeaux vers l’accompagnement des entrepreneurs de ce secteur.
  • Favoriser la mise en commun des compétences et des moyens entre acteurs et actrices de l’Économie sociale et solidaire pour en augmenter son efficacité à moindre coût, soutenir la création et financer des lieux mutualisés.
  • Promouvoir les entreprises coopératives et l’ESS par tous les moyens auprès des citoyens.
  • Soutenir les TPE et PME dans leur mutation écologique et sociale et valoriser l’artisanat et le commerce local, respectueux de l’environnement.
  • Décarboner les entreprises passe d’abord par l’identification exhaustive de leur dépendance au carbone en amont et en aval de leur activité, grâce au calcul de leur bilan carbone tout au long du cycle de vie de leur produit/service. 
  • Déployer une équipe spécialisée pour conseiller TPE et PME sur leur mutation écologique et sociale. 
  • Accompagner financièrement les TPE et PME dans la réalisation de leur bilan carbone.
  • Recenser les entreprises existantes de la métropole et toutes les friches industrielles, et réaliser un état des lieux et diagnostic du tissu économique.
  • Mettre en place un programme de réhabilitation et d’équipement de ces friches pour favoriser l'implantation d'entreprises dans la métropole.
  • Inciter les grandes entreprises donneuses d’ordre à intégrer la logique des clauses sociales dans leurs commandes.
  • Accompagner les TPE, PME et ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) et notamment celles en mutation dans leur accès à la commande publique.
  • Soutenir les initiatives accompagnant la construction de parcours vers l’entrepreneuriat.
  • Faciliter l’introduction de pratiques de l'Economie Sociale et Solidaire dans les entreprises traditionnelles en créant des passerelles entre les deux.
  • Développer les pépinières artisanales avec des locaux adaptés et accessibles.
  • Lancer une expérimentation de plateforme de travail partagé pour les artisans et les PME.
  • Valoriser et accompagner les artisans à vélos en leur proposant notamment des espaces de stockage de matériels
  • Organiser une réflexion avec les associations de commerçants afin de définir des critères de fonctionnement du commerce vers un "commerce durable" au regard du risque climatique et de ses conséquences sur l’activité économique de la ville.
  • Expérimenter l'utilisation de la MIEL pour le paiement des services publics de la commune.
  • Étudier la possibilité de financer une aide aux jeunes en difficulté de moins de 25 ans via le CCAS en MIEL
  • Étudier la possibilité du paiement d'une partie des indemnités des élus en MIEL.
  • Faciliter l'accès au foncier et à des locaux commerciaux, notamment par le biais d’InCité et/ou d'une foncière commerciale locale solidaire.
  • Valoriser et accompagner les artisans à vélos en leur proposant notamment des espaces de stockage de matériels.
  • Créer des plateformes logistiques en périphérie de la ville desservies par des transports doux pour les derniers kilomètres.
  • Soutenir le développement touristique dans les quartiers non prisés par les voyageurs, en créant des dynamiques culturelles.
  • Soutenir les investissements du Port de Bordeaux nécessaires à un trafic allant du Verdon à Langon.
  • Multiplier les navettes fluviales traversantes et longitudinales pour développer notamment le tourisme sur l'ensemble du territoire girondin.
  • Développer les transports fluviaux des déchets vers les usines de recyclage.
  • Créer les appontements nécessaires dans le périmètre géographique de la ville pour accueillir les transports d’usagers et de marchandises.
  • Développer les transports des marchandises et notamment des produits agricoles.
  • Soutenir les initiatives de production d'énergie fluviale.
  • Accompagner le développement d'activités de déconstruction navale et de refit de bateaux.
  • Renforcer la place des Coopératives d’activité et d’emploi qui accompagnent les créateurs et créatrices individuels d’activité et les alimentent en compétences appropriées.
  • Développer une offre d’appui aux associations œuvrant dans les domaines de l’écologie et de l’inclusion sociale permettant le développement des initiatives, l’évaluation et la mise en œuvre d’une généralisation pour en démultiplier l’impact.
  • Sortir Bordeaux de son autarcie administrative en matière d’économie et d’emploi en renforçant les articulations avec les autres structures du bassin d’emploi.
  • Développer la connaissance des métiers de la transition écologique et sociale auprès des publics scolaires.
  • Renforcer les aides à la mobilité des jeunes et développer l’offre de transports en commun vers les bassins d’emplois.
  • Intégrer dans les marchés publics le coût des externalités environnementales liées au cycle de vie des produits.
  • Créer un espace "ressources" qui permettra d’avoir une visibilité sur les futurs achats de la commune et de la Métropole, d’identifier les offres existantes, d’informer et d’échanger avec les entreprises.
  • Inscrire l’utilisation d’une part significative de bois d’œuvre issu de filières locales gérées durablement et de matériaux issus de la filière bois pour l’isolation dans les cahiers des charges des constructions et rénovations de bâtiments publics gérés par la commune.
  • Recourir à la commande publique pour mettre en relation les acteurs de la filière bois et développer la demande.
  • Organiser les "assises de l’économie bordelaise et métropolitaine", avec le concours d’Invest'in Bordeaux, en début de mandature pour fixer une feuille de route partagée sur 6 ans avec tous les acteurs et actrices économiques.
  • Utiliser au sein de l’administration et mettre à disposition dans les écoles les suites bureautiques libres.
  • Dégoogliser l’internet de la collectivité, installer Qwant comme moteur de recherche par défaut sur tous les postes informatiques de la ville.
  • Créer un Comité Bordelais d’Ethique du Numérique afin d'éclairer la Ville sur les enjeux éthiques des technologies, des usages et innovation du numérique et de développer une éthique du Numérique au service de l’action publique.
  • Lancer un grand plan en en faveur de l’Inclusion Numérique avec les nombreux acteurs et actrices déjà mobilisés sur Bordeaux.
  • Proposer régulièrement des "Hackatons", projets de programmation informatique en mode collaboratif et associer les acteurs du numérique, pour réaliser des infographies et des outils permettant de rendre les données plus accessibles au grand public et de créer des services à forte valeur ajoutée.
  • Généraliser l'échange de documents bureautiques via une plateforme partagée au sein de l'administration.
  • Créer un Pôle territorial de Coopération Économique dans l'objectif de faire coopérer des acteurs et actrices économiques complémentaires sur le territoire municipal sur le thème de la transition écologique et sociale.
  • Accompagner la création d'un réseau de médiation numérique en proximité pour toucher et accompagner la diversité des personnes concernées.
  • Développer les espaces dédiés à l'inclusion numérique dans les bibliothèques, les mairies de quartier ou les lieux d’activités hybrides.
  • Former les travailleurs sociaux et les agents territoriaux pour mieux accompagner les usagers avec les formalités administratives en ligne.
  • Promouvoir l'usage du logiciel libre et open source à Bordeaux.
  • Développer le recours à des logiciels libres au sein de l'administration, dont le code est accessible et auditable.
  • Garantir l’interopérabilité, la neutralité et la portabilité des données des solutions proposées et achetées par l'administration.
  • Soutenir leur développement par la mise en place de coopératives de développeurs et développeuses, l’introduction de quotas dans les appels d’offres publics et le financement de projets répondant à des besoins collectifs au plus près du territoire notamment pour des services jugés d’intérêt général.
  • Encourager et accompagner les acteurs et actrices de la formation aux logiciels libres.
  • Renforcer et développer les opérations de mutualisation numérique sur la base de logiciels libres avec les collectivités partenaires.
  • Proposer des ateliers de codage et des formations sur les logiciels libres dans le cadre d’activités peri-scolaires ou sur les temps de pauses méridiennes.
  • Faciliter et encourager les enseignants à l’utilisation des logiciels libres dans le cadre des apprentissages numériques à l’école.
  • Promouvoir les solutions innovantes du numérique au service de l’intérêt général et développer des nouveaux usages au service de l’amélioration de la qualité de vie des personnes et de la société en veillant à prendre en compte les enjeux liés à la précarité numérique.
  • Orienter les aides de la Ville et de la Métropole consacrées au numérique pour des activités liées à une meilleure gestion des ressources naturelles et des flux, une production énergétique durable, utiles à l'éducation, la recherche et la formation et à la santé.
  • Renforcer la place de l'innovation dans les marchés publics et intégrer des éléments relatifs au principe d'expérimentation dans les conditions d'exécution des marchés.
  • Organiser les "assises de l’économie de plateforme" pour réfléchir à leur impact sociétal sur la ville.
  • Mettre en place un groupe de travail de juristes pour doter la collectivité de l’arsenal juridique nécessaire pour lutter contre l’économie de plateforme non vertueuse.
  • Envisager une éco-redevance locale pour taxer l’économie de plateforme.
  • Établir un répertoire des informations publiques.
  • Accélérer la libération des données (opendata) de la collectivité et de ses opérateurs.
  • Indiquer l'historique sur les jeux de données mis à jour régulièrement pour permettre des comparatifs.
  • Inclure dans les marchés publics et/ou les conventions de partenariat une clause opendata sur toutes les données élaborées pour le compte de la collectivité.
  • Concevoir une stratégie publique de la donnée avec les services administratifs et les acteurs et actrices du numérique du territoire.
  • Mettre les données publiques à la disposition des citoyens pour favoriser l’émergence d’applications utiles à tous.
  • Faire de la médiation sur les données libérées et accompagner leur appropriation par les citoyens et les entreprises.
  • Mettre en place une politique d'achat des matériels répondant à des critères stricts d’éco-conception et de durabilité.
  • Intégrer des indicateurs de l’impact environnemental de la ou des composantes numériques d’un projet ou d’un produit, destinés à être pris en compte parmi les critères de sélection/optimisation du projet ou du produit.
  • Allonger la durée de vie des équipements professionnels en l’accompagnant d’une évolution des contrats de maintenance et d’un changement des règles d’amortissement comptable des équipements.
  • Instaurer le réemploi des matériels obsolètes.
  • Intégrer des bonnes pratiques pour éco-concevoir les services numériques.
  • Accélérer la prise de conscience de l’impact environnemental du numérique, dans les entreprises, dans le monde de la recherche et chez le grand public.

Démocratie

0%
7 4 60

  • Soutenir les projets associatifs de promotion de l’Égalité femmes-hommes et de protection des droits des femmes.
  • Renforcer les solutions concernant le relogement des femmes.
  • Renforcer le programme de formation continue sur l’égalité femmes-hommes au sein des services de la Ville et de la Métropole et présenter un rapport sur la situation en matière d'égalité entre les femmes et les hommes.
  • Organiser des "Assises du pouvoir partagé" afin de définir, les meilleurs techniques et outils à mettre en place pour améliorer le processus de participation citoyenne et la transparence dans les actions.
  • Engager le maire à n’exercer ni mandat départemental, régional ou national, et pas plus de deux mandats consécutifs.
  • Permettre à tous les élus d’exercer leur droit à la formation, à l’information et à l’expression.
  • Proposer la présidence de la commission des finances à un élu de l’opposition.

  • Mettre en œuvre un registre public des déports et le publier sur le site internet de la Ville.
  • Renseigner une déclaration d’intérêts pour l’ensemble des élus de la majorité et mettre à disposition sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).
  • Communiquer sur les dépenses des élus, le montant des indemnités perçues par chaque conseiller municipal, la liste des bénéficiaires de logements, l’organigramme et la rémunération des collaborateurs et collaboratrices de cabinet. (Non-présent dans le projet de mandature)
  • Interdire le cumul des postes d’adjoints avec des exécutifs d’autres collectivités, et limiter leur mandat à deux consécutifs. (Adjoints municipaux présents au sein du Conseil départemental de la Gironde)

  • Créer des aires de jeux inclusives avec la prise en compte de tous les handicaps.
  • Renforcer les solutions concernant le relogement.
  • Rendre plus visibles les talents au féminin.
  • Encourager la programmation des autrices et des artistes femmes à parité avec les auteurs et les artistes hommes dans les établissements culturels relevant de la Ville.
  • Doter les musées de la Ville d’une charte Égalité femmes-hommes dans leurs pratiques muséales.
  • Valoriser l’entrepreneuriat au féminin.
  • Organiser une journée du Matrimoine pour valoriser les œuvres des Bordelaises.
  • Rendre obligatoire la formation sur les violences faites aux femmes de tous les professionnels en contact avec le public afin d’améliorer le repérage et l’orientation vers les services compétents.
  • Systématiser la formation des policiers municipaux, renforcer leur pouvoir de verbalisation de l’outrage sexiste sur l’espace public.
  • Soutenir le déploiement et accompagner le financement des intervenants sociaux, psychologues et permanences d’associations dans les commissariats pour l’accueil et l’accompagnement des victimes.
  • Diversifier et renforcer les solutions concernant le relogement, qui reste une des principales difficultés rencontrées par les femmes victimes de violences.
  • Créer un foyer pour femmes sans-abris.
  • Favoriser l'accès à l'emploi des femmes.
  • Favoriser l’accès à l’emploi.
  • Renforcer l’accès à l’emploi à responsabilité dans l’administration.
  • Soutenir les initiatives visant à améliorer les conditions d’emplois, aujourd’hui très précaires, dans des métiers occupés très majoritairement par des femmes.
  • Intégrer dans les cahiers des charges d’aménagement urbain un volet égalité femmes-hommes.
  • Penser le réaménagements des cours d’écoles et l’aménagement urbain dédié aux enfants, à travers le prisme de l’égalité entre les filles et les garçons.
  • Renforcer la politique de féminisation des noms de rue et des bâtiments publics.
  • Faciliter la mobilité des femmes dans l’espace public, notamment la nuit.
  • Renforcer l'égalité femmes-hommes dans l'administration, les entreprises et les associations.
  • Réduire les inégalités salariales au sein de l’administration.
  • Œuvrer à la mixité des métiers en veillant à un juste équilibre dans les postes à responsabilité de l’administration.
  • Renforcer le programme de formation continue sur l’égalité femmes-hommes au sein des services de la Ville et de la Métropole.
  • Intégrer des critères égalité entre les femmes et les hommes dans les clauses d’attribution des marchés publics et des délégations de service public, et veiller à ce qu’ils soient respectés.
  • Soutenir les projets associatifs de promotion de l’Égalité femmes-hommes et de protection des droits des femmes.
  • Favoriser la féminisation des licenciés dans le domaine du sport et la gouvernance du monde associatif.
  • Instaurer un budget sensible au genre pour la collectivité.
  • Renforcer les aides pour la construction de logements autonomes des personnes déficientes mentales et accompagner les structures porteuses de projets innovants.
  • Réserver davantage de lots ou de marchés aux ESAT (Établissements et Services d’Aide par le Travail) et EA (Entreprises Adaptées) dans le cadre des appels d’offres.
  • Achever le plan de mise en accessibilité des espaces et équipements publics.
  • Former le personnel des crèches et des écoles à l’accueil des enfants porteurs de handicap.
  • Associer la population aux décisions par le biais de consultations, concertations ou de référendums locaux.
  • Créer une nouvelle gouvernance des conseils de quartier.
  • Mettre en place une plate-forme numérique de concertation et d’interpellation pour recevoir les questions, des pétitions, des propositions d’amélioration de la vile ou du fonctionnement des services, des outils de sondage.
  • Développer le referendum d’initiative locale.
  • Garantir l’expression de tous les points de vue lors des procédures permettant aux citoyens de s’exprimer.
  • Renforcer la présence de panneaux d’affichage libre sur l’ensemble du territoire.
  • Renforcer le rôle des conseils de quartier.
  • Former les conseillers municipaux.
  • Afficher les dates des réunions en ligne et sur panneaux municipaux.
  • Mettre les comptes rendus des conseils de quartier et de proximité en ligne rapidement.
  • Augmenter la part des budgets participatifs.
  • Élargir les champs d’intervention des budgets participatifs en veillant à ce que les projets proposés soient d’intérêt général.
  • Améliorer l’outil numérique pour le suivi de la mise en œuvre.
  • Expérimenter le jugement majoritaire pour la sélection des projets.
  • Créer un budget participatif métropolitain.
  • Créer des groupes inter-disciplaires et multi-acteurs autour des grands défis.
  • Lancer un appel à candidature aux acteurs économiques, universités, acteurs de la société civile.
  • Constituer une équipe qui travaille à l’élaboration d’une solution sur un temps préalablement défini et présenter les solutions au conseil municipal.
  • Mettre en place des mécanismes de détection des conflits d’intérêts afin d’indiquer, avant chaque séance plénière, les élus qui doivent se déporter, c’est-à-dire ne pas prendre part au vote.
  • Rendre publique l’assiduité des conseillers et conseillères municipaux aux séances plénières, aux commissions et dans les assemblées.
  • Établir et publier un registre des représentants d’intérêts locaux sur le modèle du registre national de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.
  • Publier les rencontres des décideurs publics locaux avec des lobbyistes sous forme d’agenda ouvert.
  • Associer les élus d’opposition aux phases de négociation prévues dans les procédures d’attribution des marchés publics et des concessions.
  • Associer les élus de l’opposition à la désignation des membres non élus de la Commission consultative des services publics locaux.
  • Élargir le droit à la protection fonctionnelle à tous les élus, y compris celles et ceux n’ayant pas reçu de délégation de l’exécutif.
  • Créer un Conseil des "usagers non-résidants de la ville".
  • Créer un Conseil consultatif des étrangers de Bordeaux.
  • Créer des groupes d'initiatives citoyennes pour les transitions.

Quartiers

0%
1 1 32

  • ...

  • ...

  • Les Aubiers - Réinvestir et végétaliser les pieds d’immeubles, confier les locaux commerciaux vacants à des opérateurs associatifs et/ou culturels sur le principe d’un bail temporaire.
  • Les Aubiers - Travailler avec les acteurs concernés à la reconstruction de l’école Jean-Monnet et à l’implantation de l’école du cirque.
  • Les Aubiers - Réhabiliter l’école Lac 2 et agrandir la bibliothèque.
  • Bacalan - Bassins à flot - Rénover le Garage moderne, garage associatif, lieu d’art et de cultures.
  • Bacalan - Bassins à flot - Ouvrir la Salle Point du Jour Pierre-Tachou sept jours sur sept pour répondre aux besoins des associations bacalanaises et bordelaises.
  • Bacalan - Bassins à flot - Mettre en place des calendriers concertés avec les opérateurs culturels et festifs dans le quartier pour permettre à chacun de jouir de la vie culturelle et nocturne tout en assurant la tranquillité et le repos des personnes qui vivent à proximité.
  • Ginko - Confier les locaux commerciaux vacants à des opérateurs associatifs et/ou culturels sur le principe d’un bail temporaire.
  • Ginko - Ouvrir des locaux à destination des collectifs et des habitants pour animer les quartiers en soirée grâce aux associations sportives et culturelles.
  • Ginko - Déployer une offre culturelle "hors les murs", proposer des aménagements autour du lac afin de promouvoir le quartier comme destination de loisirs et de cultures pour tous les Bordelais.

  • Grand Parc - Achever en urgence le projet de réhabilitation du centre commercial, encourager une vie locale apaisée en aidant les commerçants, les associations et les médiateurs locaux autour de projets culturels et gastronomiques

  • ...

  • Grand Parc - Réimplanter une antenne décentralisée du Conservatoire de Bordeaux au cœur du quartier.
  • Chartrons / Fondaudège - Réhabiliter le temple des Chartrons
  • Chartrons / Fondaudège - Réaliser avec les associations et habitants un parcours culturel balisés dédié à la Mémoire de la traite négrière, de l'esclavage et de la colonisation en s'appuyant sur l'histoire du quartier et les noms des rues, puis l’élargir à toute la Ville.

  • ...

  • Bordeaux Centre - Transférer la gestion de l'Opéra à Bordeaux Métropole.

  • Bordeaux Centre - Mettre à disposition l’Hôtel Ragueneau, rue du Loup, pour permettre la création d’un lieu hybride associatif des Arts et des Cultures, ouvert sur le quartier et conçu avec les habitants.
  • Bordeaux Centre - Redynamiser et réinventer Mériadeck avec ses habitants pour en faire un lieu de convivialité
  • Bordeaux Centre - Travailler avec les artistes, les publics scolaires et les associations pour la création commune d’œuvres sur l’espace public.

  • ...

  • ...

  • Saint-Augustin - Tauzin - A. Dupeux - Réhabiliter les salles Quintin et Amédée-Larrieu pour permettre la création de lieux hybrides culturels et associatifs, ouverts sur le quartier et conçus avec les usagers en veillant à l’expression des diversités artistiques et culturelles qui composent le quartier.
  • Saint-Augustin - Tauzin - A. Dupeux - Déployer une offre culturelle "hors les murs" en plein air place de l’église Saint-Augustin, parc de la Béchade, place Gaviniès, jardin de Carreire.

  • ...

  • ...

  • Nansouty - St-Genès - Végétaliser le parvis des frères Pouyanne (Arrêt Bergonié) grâce à des allées paysagères. Y proposer l’installation de modules de skate pour permettre à chacun de rider en toute sécurité.
  • Nansouty - St-Genès - Construire ensemble la maison Marandon rue Dubourdieu pour permettre la création d’ateliers et de résidences d’artistes ouverts sur le quartier .
  • Nansouty - St-Genès - Créer une véritable aire de jeux au Jardin d’Ars en partenariat avec l’EHPAD Le Sablonat.
  • Nansouty - St-Genès - Ouvrir le jardin côté EHPAD pour favoriser les liens intergénérationnels.

  • ...

  • ...

  • Bordeaux Sud - Ouvrir un lieu intégrant une bibliothèque universitaire, une médiathèque ouverte sept jours sur sept avec des nocturnes festives sur le site de l’ancienne faculté dentaire.
  • Bordeaux Sud - Achever la réhabilitation de la Bourse du travail pour l’ouvrir aux associations et aux acteurs culturels et faire de la salle des congrès une scène dédiée au spectacle vivant.
  • Bordeaux Sud - Réhabiliter le site de l’ancien collège Fiéffé en résidence intergénérationnelle.
  • Bordeaux Sud - Travailler avec les artistes, les scolaires et les associations pour la création d’œuvres de mémoires.

  • ...

  • ...

  • La Bastide - Travailler avec les bailleurs sociaux pour installer en pied d’immeuble une "artisterie" pour permettre la réalisation d’œuvres collectives et participatives.
  • La Bastide - Ouvrir des résidences d’artistes dans les écoles et favoriserons le développement de projets pédagogiques avec les centres sociaux et d’animation, notamment l’été.
  • La Bastide - Valoriser le patrimoine architectural emblématique et historique de la Bastide, à commencer par la caserne de la Benauge.
  • La Bastide - Redonner vie à la place Calixte Camelle, en lien avec les habitants, les commerçants, les associations, les artistes et acteurs culturels du quartier afin de créer un îlot de convivialité.

  • ...

  • ...

  • Caudéran - Créer à la Chartreuse Saint-André un lieu hybride culturel et associatif.
  • Caudéran - Élargir les horaires d’ouverture de la bibliothèque Pierre-Veilletet.
  • Caudéran - Déployer une offre culturelle "hors les murs" en plein air dans les parcs et jardins caudérannais.

Pour apporter votre contribution et participer à l’évolution de l’Hurmicomètre :

Et vous ?

Quel bilan faites-vous de l'action du maire de Bordeaux depuis le 3 juillet 2020 ?

Moyenne : / 5. Avis :